4 lecture des minutes

Le changement climatique : quels impacts sur les événements météorologiques extrêmes ?

Le changement climatique : quels impacts sur les événements météorologiques extrêmes ?

Il existe différents types d’événements météorologiques extrêmes. Ils ne sont pas impactés de la même façon par le changement climatique.

 

Quels sont ces différents types d’événements ?

Voici quelques définitions, afin de mieux comprendre ce qui se cache derrière le terme « événement météorologique extrême » :

idealys-pin-orange-1 Les vagues de chaleur : ce sont des températures anormalement élevées (qu’il fasse sec ou humide) sur une période minimum de deux à trois jours.

idealys-pin-orange-1 Les vagues de froid : sur au moins deux jours, les températures sont anormalement basses par rapport aux températures de référence de la région concernée.

idealys-pin-orange-1 Les canicules : elles sont définies par rapport à des seuils d’alertes, fixés au niveau du département. Si les moyennes des températures maximales et minimales (donc de jour et de nuit) sur trois jours sont supérieures à ces seuils, il s’agit d’une canicule.

idealys-pin-orange-1 Les pics de chaleur : sur une courte durée, des températures record peuvent être atteintes.

idealys-pin-orange-1 Les sècheresses : il en existe différents types. Les sécheresses météorologiques se définissent par une baisse prolongée des précipitations. Lors de sécheresses agricoles, c’est la couche superficielle des sols qui manque d’eau. Pour finir, les sécheresses hydrologiques se caractérisent par des niveaux anormalement bas des eaux de surface (lacs, rivières, etc.) et/ou des nappes souterraines.

idealys-pin-orange-1 Les feux de forêt : ce sont des feux non contrôlés, qui touchent les forêts, le maquis, la garrigue, etc.

idealys-pin-orange-1 Les pluies extrêmes : il s’agit de précipitations très importantes (parfois équivalentes à celles d’un ou plusieurs mois) sur une courte durée (allant d’une heure à un jour).

idealys-pin-orange-1 Les ouragans, les cyclones et les typhons : ce sont les mêmes types de phénomènes météorologiques (vents supérieurs à 119 km/h), dont le nom diffère selon l’origine géographique.

idealys-pin-orange-1 Les tempêtes : elles se définissent par des rafales à plus de 100 km/h dans les terres et 120 km/h sur les côtes.

idealys-pin-orange-1 Les inondations : elles peuvent être dues aux crues ou aux débordements de cours d’eau, aux submersions marines, aux remontées de nappes phréatiques, etc.

La probabilité qu’un événement extrême se produise est déjà impactée par le changement climatique et continuera à l’être dans le futur. Le changement climatique modifie la fréquence et l’intensité de ces aléas météorologiques. Par exemple dans le cas de températures extrêmes, un événement observé une fois par décennie en 1900, risque de se produire 4 fois par décennie pour 1,5°C de réchauffement, et 9 à 10 fois pour 4°C. De même que les événements dus aux marées et tempêtes (et donc liés à l’augmentation du niveau de la mer) ne se produisant qu’une fois par siècle, pourraient voir leurs fréquences augmenter, jusqu’à une fois par an.

D’une manière générale, les événements extrêmes comme les fortes pluies, les canicules ou les cyclones deviennent plus fréquents et/ou plus intenses, d’autres comme les vagues de froid baissent en probabilité, et pour certains il n’est pas encore possible de se prononcer. Il peut être en effet difficile de mettre en évidence des tendances, car les données historiques sont hétérogènes, et la variabilité climatique de ces phénomènes est importante.

 

Feu

 © Photo de Karsten Winegeart sur Unsplash

 

Les extrêmes de températures

Le climat se réchauffe, ce qui décale la distribution des températures vers des valeurs plus élevées. Les extrêmes de températures sont impactés : les extrêmes froids sont moins fréquents et/ou moins froids, et les extrêmes chauds sont plus fréquents et/ou plus chauds. Depuis 1950, on observe une augmentation du nombre de jours anormalement chauds et inversement, le nombre de jours anormalement froids diminue. Pour ce qui est des changements d’intensité, des records de chaleur sont plus souvent battus que des records de froid.

Si l’on change d’échelle et que l’on passe des anomalies journalières de température aux vagues de chaleur et de froid (définies sur plusieurs jours), on constate une augmentation des vagues de chaleur (fréquence, intensité, longueur) et une diminution des vagues de froid. Par exemple, les dernières vagues de froid présentant les mêmes caractéristiques de circulation atmosphérique que des vagues de froid passées, ont été moins intenses.

 

Les pluies extrêmes 

Le réchauffement planétaire peut modifier le régime des pluies, car il permet une évaporation plus importante de l’eau, notamment au-dessus des mers et des océans. Il est difficile d’estimer l’impact du changement climatique sur les extrêmes hydrologiques, car le régime des pluies est également fortement modifié par les activités humaines, la gestion de l’eau et l’artificialisation des sols.

Cependant une augmentation de l’intensité des précipitations a déjà été observée dans certaines régions du monde (par exemple en Europe et Amérique du Nord).

 

Inondations

 © Juan Manuel Sanchez sur Unsplash

 

Les sécheresses

Sur le territoire métropolitain français, et depuis 1958, des sécheresses plus longues touchant les sols ont été observées. En Europe, les zones méditerranéennes risquent de s’assécher. Mêmes lorsqu’une augmentation moyenne des précipitations est attendue, un assèchement des sols peut l’être aussi. Les précipitations, si elles sont plus intenses, sont plus espacées dans le temps, et l’évapotranspiration est accentuée par le réchauffement planétaire.

 

Les ouragans, les cyclones et les typhons 

Déterminer une tendance pour ce type d’événements météorologiques extrêmes n’est pas simple : ils sont sujets à une forte variabilité climatique naturelle et des données satellitaires précises ne sont disponibles que depuis 1970. D’après les modèles actuels de simulation du climat, c’est l’intensité des ouragans, cyclones et typhons les plus forts qui devrait augmenter (ces phénomènes puisant leur énergie dans la surface de l’océan, sous forme de chaleur), tout en conservant leur nombre.

L’augmentation de la fréquence et/ou de l’intensité de certains événements climatiques peut d’ores et déjà s’expliquer par le changement climatique même si pour d’autres ce lien de causalité est encore étudié. Il s’agit donc de continuer à limiter notre contribution au changement climatique et à s’adapter à ses différents impacts, notamment à l’évolution des événements météorologiques extrêmes.

Je vous recommande la lecture de cet article pour en apprendre plus sur le sujet !

 


Sources

Le changement climatique et son impact sur les températures et les précipitations

Le changement climatique et son impact sur les températures et les précipitations

Les gaz à effet de serre et le climat L’effet de serre est un phénomène naturel qui joue un rôle très important dans le système climatique mondial....

En lire plus
Le changement climatique : quels impacts sur les mers et les océans ?

1 lecture des minutes

Le changement climatique : quels impacts sur les mers et les océans ?

L’océan joue un rôle très important dans le système climatique. Il est à la fois le « poumon de la planète » en produisant 50% de nos besoins en...

En lire plus
Les quartiers à usages mixtes : l’essence même des villes

Les quartiers à usages mixtes : l’essence même des villes

Les quartiers mixtes sont plus que jamais présents et nécessaires dans nos villes. Ce concept de quartiers à usages mixtes s’inscrit dans une logique...

En lire plus